AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 Fiche Boa constrictor ssp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kévin
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages: 400
Localisation: avion (62)
Date d'inscription: 07/08/2006

MessageSujet: Fiche Boa constrictor ssp   Mer 4 Mar - 3:57

Cette fiche n'est pas parole d'évangile, elle contient plusieurs éléments théorique et pratique récoltés de ci de là. Elle est un bon point de départ pour les débutants, ensuite il convient d'adapter sa technique d'élevage au cas par cas, selon les observations quotidiennes des animaux, leur comportement, la taille des bacs......

Taille adulte : 1,5 à 4,2 m selon certains (perso c'est un peu exagéré avec les animaux que l'on possede en captivité... encore le trinidad serai répandu je dirai ok mais la!!!) , en captivité la taille maxi sera aux alentours de 2m50, 2m60 voir très grand maximum 3m20...
Température (moyenne):
Point chaud jour : 32°C à 34°c
Point froid jour : 26°C
Nuit : 26°C.
Humidité : 60 - 70% au delà il est difficile de maintenir une bonne hygiène dans les bacs
Éclairage : 10 - 12 heures
Difficulté Juvénile : facile, attention au caractère de certain juvénils
Adulte : facile, ne pas oublier quand même que c'est un serpent assez long et massif.

La classification des nombreuses sous-espèces du Boa constrictor fait l'objet d'un vaste débat qui divise les chercheurs. Il nous est donc difficile de vous proposer une classification sûre et définitive à l'heure actuelle. Cependant parmi les sous-espèces des Boas constricteurs décrites dans la littérature scientifique, nous pouvons rappeller les suivantes:

Boa constrictor constrictor: originaire du nord et du centre de l'Amérique Latine, à l'est des Andes, elle se rencontre aussi sur les iles de Trinidad et Tobago. La couleur de fond est assez variable, beige, gris ou rosé, marqué de taches brunes sur le dos. La taille moyenne est légèrement inférieure à 3 mètres, certains individus pouvant cependant dépasser 4 mètres (trés trés rare)



Boa constrictor imperator: présente du Mexique à l'Équateur, elle comprend la fameuse variété "Colombienne", considérée comme la plus docile de toutes et aussi celle qui a la croissance la plus rapide, ainsi qu'une forme "naine", le Hogg Island. Excédant rarement 2,40m, il est l'une des plus petites sous-espèces. Elle est particulièrement facile à élever et à reproduire. La seule ombre au tableau, quoique légère, concerne les spécimens mexicains qui ont parfois un caractère un peu grincheux. Par ailleurs, les Hogg Island, sans être réellement agressifs, ont parfois tendance à être un peu craintifs. La couleur de fond est généralement assez claire et les marques dorsales sont peu marquées. Les Hogg Island ont la faculté de changer sensiblement de couleur, en devenant plus ou moins foncés.





Boa constrictor occidentalis: Originaire de l'Argentine et du Paraguay, B. c. occidentalis est le seul boa constrictor figurant en annexe 1 de la Convention de Washington. Il a une apparence tout à fait caractéristique, avec une couleur de fond argentée, grise ou noire, avec un marquage également très foncé. Certain spécimens ont un aspect «poivre et sel». Le caractère de cette très belle sous-espèce n'est pas réputé des plus dociles. En revanche, elle s'élève et se reproduit aisément. En principe, sa croissance est assez lente.



Boa constrictor ortonii: Ce boa vit au nord-ouest du Pérou. Il est considéré comme l'un des plus beaux et peut atteindre 3,90 m. La couleur de fond est jaune sable, tandis que le marquage est extrêmement foncé. Une ligne noire s'étend de chaque côté de la tête. des mâchoires au bout du museau. Une autre ligne foncée va de la nuque au bout du museau.



Boa constrictor nebulosa: Il vit en République Dominicaine et se caractérise par une couleur de fond gris-brun très foncée, avec un marcage dorsal très peu défini sur les deux premiers tiers du corps, évoluant vers une coloration rougeâtre sur le tiers postérieur. Il est généralement plutôt agressif.



Boa constrictor sabogae: Boa c. sabogae est originaire de l'île de Tobago et Panama. Cette forme insulaire est caractérisée par sa coloration marron-rouge assez foncée et reste relativement rare en captivité.



Boa constrictor amarali: Cette sous-espèce est originaire du sud du Brésil et de la Bolivie. La couleur de fond est grise, réhaussée de marques brunes rondes ou semi-circulaires. La taille de cette sous-espèce est de 2 mètres environs.



Boa constrictor orophias: Ce boa est originair de Sainte Lucie et présente une coloration plus sombre que celle de B. c. constrictor, marron rayé de noir. Comme chez ce dernier. les jeunes ont des moeurs nettement plus arboricoles que les adultes.



* Les quatre sous-espèces suivante ne sont pas considéré comme étant des sous-espèces à part entière, mais une simple variante d'une sous-espèce existante selon certains systématiciens.

Boa constrictor mexicana: Cette sous-espèces proviens du Mexique et du Nicaraga. Sa couleur de fond est gris assez sombre parfois trés rouge orangé sur les flanc (il n'y a pas un specimen identique a un autre), avec un marquage en forme de chaine très foncé.



Boa constrictor melanogaster: Tous les spécimens de cette sous-espèces proviennent du voisinage de la convergence du Fleuve Yaupi et le Fleuve Santiago dans la province de Morona Santiago dans Equateur. Sa couleur de fond est gris assez sombre, avec un marquage en forme de chaine très foncé, brun ou noir. La caractéristique la plus évidente, d'où cette sous-espèce tire son nom scientifique, est la couleur noire de la face ventrale, avec de légères marques blanches sur les côtés.



Boa constrictor sigma: Ce constrictor est originaire des iles Tres Marias, à l'ouest des côtés mexicaines. Son apparence générale est rigoureusement identique à celle de Boa c. imperator. Le seul élément permettant de le distinguer est le comptage des écailles: 77 dorsales (contre 56 à 79 pour l'imperator), 253 à 260 ventrales (contre 225 à 253 pour l'imperator), 55 à 66 sous-caudales (contre 47 à 65 pour l'imperator).



Boa constrictor longicauda: Cette sous-espèce est originaire du nord du Pérou. Sa coloration est assez caractéristique. La forme des dessins est typique de l'espèce, en revanche, le premier tiers antérieur du corps est gris, tandis que les dessins sur la tête et les côtés sont noirs de jai.



LONGÉVITÉ

Le boa constricteur est l'un des serpents dont la longévité est remarquable. En effet, des spécimens de plus de 20 ans sont de plus en plus fréquents en captivité. Son record de longévité est actuellement détenu par un spécimen du Zoo de Philadelphie qui a vécut plus de 40 ans.

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE ET HABITAT

Les différentes sous-espèces de boa constricteur sont originaires du Sud du continent Américain, depuis le Mexique jusqu'à l'Argentine.

Ces boas ont des moeurs nocturnes et grimpent souvent aux arbres. Ils occupent une grande variété de biotopes: les zones semi-arides aussi bien que des forêts pluviales Amazonienne.


ALIMENTATION

Dans la nature, il se nourrit surtout de mammifères, mais aussi quelques fois d'oiseaux et plus rârement de lézards. Par contre, en captivité il est préférable de le nourrir exclusivement de rongeurs tels des souris, des rats, des lapins ou des cochons d'inde pour les plus gros spécimens. Les jeunes sont nourris une fois par semaine d'une proie de grosseur adaptée au serpent, tandis que les adultes peuvent se nourrirent qu'une fois par deux semaines.

N.B. Il est conseillé de prendre l'habitude de nourrir le serpent avec des proies mortes, soit fraîchement tuées ou bien surgelées et réchauffées. De cette manière, le serpent aura l'habitude dès qu'il est bébé, ne rechignera pas et il y aura donc aucun danger potentiel : en effet, un rongeur vivant peut aisément blesser gravement un serpent en se déffendant, ce qui peut, dans certains cas, mener à la mort du reptile. Un rongeur surgelé jusqu'à 6 mois ne perdera aucune de ses valeurs nutritives s'il est maintenu dans les bonnes conditions. Il est à noter qu'il est préférable de ne pas nourrir un serpent lorsqu'il est en période d'exuviation puisque la "nouvelle peau" qui se fabrique sous l'ancienne est relativement fragile.

Il faut comprendre une chose, lorsque survient des accidents avec de gros Boïdés, la faute ne sera jamais de l'animal en tant que tel mais bien des mauvaises actions inconsciente ou non du propriétaire. En effet, l'une des causes d'accidents avec de gros serpents est lors de la distribution de la nourriture. Il faut toujours se laver les mains lorsque l'on vient de toucher un rongeur et que l'on a l'intention de manipuler ou de toucher le serpent. La main qui aura touché le rongeur aura imprégnié sur elle des petites particules odorantes que le serpent aura vite fait de les détecter et de prendre la main de la pauvre personne pour un rongeur! Pour débuter, il est primordiale de nourrir le reptile à l'extérieur de son vivarium où il demeure. Normalement, un bac de plastique sera amplement sufisant puisqu'il y est simplement pour injérer sa proie et ensuite remit dans son terrarium primaire. Cela aura pour effet que lorsque le propriétaire voudra manipuler son boa pour quelques raisons que se soit, quand il ouvrira le terrarium pour y insérer sa ou ses mains, le serpent ne prendra pas en erreur la main de son propriétaire comme étant son repas! Un serpent habitué d'être nourris à l'intérieur de "sa demeure" aura la fâcheuse tendance d'associer l'ouverture de son terrarium à la distribution de sa nourriture, alors qu'une main chaude ou un rongeur chaud y entre, pour lui, la différence n'y est pas.


SOINS EN CAPTIVITÉ

Il est nécessaire de se rappeler d'une chose. Il est plus important pour un serpent que la température ainsi que le degré d'hygrométrie soit adapté et respecté à l'espèce même, plutôt que de leur offrir un trop grand espace vital en oubliant les deux consignes de bases. Un reptile ne s'en portera que bien si la chaleur et l'humidité est idéale sans avoir un gros terrarium. Mais la logique doit faire preuve de raisonnement, puisqu'un boa constrictor reste un serpent assez massif et volumieux. Il lui faut donc un terrarium d'une taille respectable. On considère qu'un bac idéal fait la taille du serpent divisée par deux, attention au bacs trop grands pour les juvénils qui risquent de devenir territoriaux et aggressifs. Comme substrat, du gros bois d'écorce, journal, ecorce de coco (perso c'est journal ou lyn).

Il est recommandé d'ajouter des abris même si les BC ne sont pas de nature farouche. L'essentiel est de procurer à l'animal un lieu sombre pour se lover. La taille de l'abris devra donc être adaptée à celle du serpent. Une bonne branche massive et/ou une grosse roche est important pour permettre au serpent de bien muer.
Un élément chauffant qui recouvre le tier du terrarium est très important pour assurer la digestion de l'animal. Une lampe chauffante devras aussi être installée à l'extrémité du terrarium et allumée environ 12 heures par jour pour maintenir une température d'environ 28 - 35 C. La nuit, la température peut descendre entre 25 et 28 C.
Contrairement au lézards diurnes, la plupart des serpents n'ont pas besoin d'un tube à rayons UV.

En effet, leur régime alimentaire répond à tous besoins physiologiques. Une dose exessive de rayons UV peut même provoquer une conjonctivite. Si vous optez pour un tube, il faudra du 2.0. Sinon un néon classique fera l'affaire pour l'éclairage ou une lampe economique.
Afin d'augmenter le taux d'humidité dans le terrarium, un bac d'eau assez grand devra être installer sur le cable chauffant par exemple pour maintenir l'humidité à environ 70%.

REPRODUCTION

Afin d'être prêt à l'accouplement, la femelle doit mesurer un minimum d'1m80 selon la littérature, soit environ 3 ans (pour les specimen "nain" il n'atteindrons jamais 1m80).
Il est important de les nourrir généreusement durant l'été pour qu'il ait un minimum de surplus de gras. Ensuite les laissez jeûner tout le mois de novembre. Puis le temps de refroidissement est arrivé. Il faut baisser la température graduellement de quelques degrés à chaque 3 jours jusqu'à environ 20 C. Introduire le mâle dans le même terrarium que la femelle durant le refroidissement. La femelle peut attendre un mois avant d'accepter les avances du mâle. Vers le début du mois de février, la température dois revenir à environ 28 - 30 C, mais de façon graduelle. Ne pas séparer le mâle de la femelle avant 3 semaines suivant la hausse de température. Les nourrir séparément, puis les remettre ensemble durant 2 semaines. Ensuite, les remettre chacun dans leur terrarium.

La gestation est d'une durée approximative de 3 à 6 mois après la saison d'accouplement. La femelle donnera alors naissance à de 15 à 40 petits qui mesureront plus ou moins 30cm.
Il s'agit maintenant d'installer ces nouveau-nés dans une boite ou un plat de plastique dont on a pris soins de recouvrir le fond d'un papier absorbant. Un petit bol d'eau doit être installé à l'intérieur de chacun de ces plats et doit être nettoyé à tous les deux jours. Il est fortement déconseillé de placer plus d'un nouveau-né dans chacune des boites car il arrive parfois que certains spécimens puissent s'attaquer à d'autres.

Les nouveaux-nés doivent être nourrit tous les 5 jours ou toutes les semaines. En général ils refusent tout repas avant leur première mue, voir leur 2eme pour les plus gros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boapassion.frbb.net
 

Fiche Boa constrictor ssp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» fICHE TECHNIQUE /PROJET 1 / 3AS
» Contenu de la fiche des chevaux
» fiche elevage heterodon nasicus
» FICHE D ELEVAGE BERNARD L HERMITE TERRESTRE
» fiche d'élevage serpent taureau-> Pituophis catenifer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boa passion ::  :: -